[Improvisations de jardin IX]

HD(Imagen: Henry Darger)

[astrantia, sanicula hembra] grandir dans le lieu violent. comme les coquelicots. étudier scrupuleusement la production des désastres. montrer (noires) les dents. de cette façon chasser celles au visage magnifique.

[monarda fistulosa] dans la périphérie toute déclaration de solitude est inutile.

[astrantia, sanicula hembra] tu devrais comprendre mon passé. une célébration. Nous ouvrions les veines à cause de l’atroce et du merveilleux.

[monarda fistulosa] mon imagination ne connaît pas les noms.

[astrantia, sanicula hembra] et la couleur ? la température ? le gris de mon cadavre est trop brillant. p a u s e. dix minutes après. (abrutie d’un vin mauvais) j’ai contracté l’amour auprès de l’humain inconnu.

le jardin est un lieu qui existe dans le rêve. la scène qui se joue là appartient à une femme à un hôpital à un livre : celle qui descend de l’opium s’évanouit entre des fleurs malades. elle espère qu’une main la prenne par le cou comme aux animaux.

[monarda fistulosa] es-tu revenue du lieu de l’amour ?

[astrantia, sanicula hembra] je l’ai traversé à l’aveugle. comme si je reconnaissais la vertu des graines. je me suis alimenté de la dépravation. de la tendresse.

[monarda fistulosa] j’ai aussi été perforée. la musique et le danger. une langue très longue.

[astrantia, sanicula hembra] tu vis comme si la dégradation te protégeait. mais tu apprends à prier. et à te déshabiller. comme si tu craignais la mort. observe. les enfants se peignent les mains avec la couleur du sang menstruel. notre présent est d’un rouge plus violent.

Versión en francés hecha en colaboración con Sebastien Formica
Original, en español, aquí.
Anuncios

Acerca de ladelallave

"Un día al despertar nos damos cuenta/ de que apenas recordamos el camino hacia esa casa perdida,/ y ahogados de vergüenza y cólera/ corremos hacia ella, pero (como en los sueños)/ todo es ahora distinto: las personas, los objetos, las paredes/ y no nos conoce nadie: somos extranjeros" [A. Ajmátova]. Yo: poeta mexicana en Tokio.
Esta entrada fue publicada en Mis traducciones, Poemas y cosas quebradas. Guarda el enlace permanente.

Responder

Introduce tus datos o haz clic en un icono para iniciar sesión:

Logo de WordPress.com

Estás comentando usando tu cuenta de WordPress.com. Cerrar sesión / Cambiar )

Imagen de Twitter

Estás comentando usando tu cuenta de Twitter. Cerrar sesión / Cambiar )

Foto de Facebook

Estás comentando usando tu cuenta de Facebook. Cerrar sesión / Cambiar )

Google+ photo

Estás comentando usando tu cuenta de Google+. Cerrar sesión / Cambiar )

Conectando a %s